Devenir grands-parents prend du temps

Devenir grands-parents prend du temps
© Fotolia

Devenir grands-parents prend du temps

« Quand nous sommes arrivés avec le véhicule équipé d’une rampe, portant le sigle handicapé, nous avions quelques mois d’avance. Croyant bien faire, nous avons manqué de délicatesse ». Didier, qui parle ainsi dans la revue Ombres et Lumière, est le grand-père de Ambre. Ambre est atteinte d’un handicap évolutif. Dans quelques mois, elle va devoir se déplacer en fauteuil roulant, et Didier, en bon grand-père, a anticipé la chose en achetant un véhicule adapté pour pouvoir emmener sa petite fille et soulager ainsi ses enfants. Mais il a oublié de les prévenir, et ceux-ci n’étaient pas encore prêts à cette étape d’un véhicule adapté. Ils en ont été heurtés. « Nous devons doser nos propositions d’aide, et surtout agir avec l’accord des parents » conclut humblement Didier.

Cette petite histoire témoigne d’une des complexités du rôle des grands parents quand un petit enfant est malade ou handicapé : apprendre à avancer au rythme de leurs enfants face au handicap de leur petit. Et les défis ne manquent pas ! Accepter le handicap de ce petit-enfant que l’on rêvait autre. Trouver la bonne relation avec le fils ou la belle-fille qui portent lourd. Faire le lien avec les autres membres de la famille qui parfois s’éloignent. Prendre soin des frères et sœurs de celui qui est handicapé, qui peuvent parfois se sentir moins aimés, tant le handicap prend de la place dans la vie de la famille. Et puis prendre soin de soi-même aussi, car les grands-parents ne doivent pas renoncer à leur propre équilibre, alors même qu’ils avancent en âge et que leurs forces déclinent.

Les grands-parents ont donc eux aussi leur propre chemin à parcourir : subir le choc de l’annonce, vivre la double souffrance, celle du petit enfant, mais aussi celle des parents, entrer dans une acceptation plus ou moins rapide, et découvrir la fécondité de leur juste place. Autant d’étapes à franchir, un peu comme des saisons à traverser, chacun à son rythme.

Les grands-parents ont beaucoup à s’apprendre les uns les autres dans cette expérience. C’est pour cela que l’OCH propose la journée nationale des grands-parents d’une personne malade ou handicapée. Toutes les infos sont sur och.fr. Elle aura lieu le samedi 30 novembre prochain à Paris, et elle s’intitule « traverser les quatre saisons ». Une bonne occasion pour faire un pas de plus sur le chemin, guidés par un seul mot d’ordre, l’amour !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame