Comment vivre les temps festifs ?

© Adobe Stock

Comment vivre les temps festifs ?

Comment vivre les temps festifs (anniversaire, fêtes religieuses futures …) alors que pour certains, nous sommes encore confinés ? Le confinement limite nos élans.

Pour répondre à cette question de MarieK, notre équipe « Ecoute & Conseil » souhaite vous partager les témoignages ou expériences dont elle a été témoin lors d’échanges téléphoniques.

  • Alors que je ne souhaitais pas fêter mon anniversaire sans ma fille handicapée confinée dans sa MAS, mes deux autres enfants ont pris la décision de me fêter quand même : dès le matin, je me suis sentie la reine du jour. Pas de cuisine, gâteau fait maison, mots doux, échange téléphonique avec ma fille confinée qui a profité aussi de cette ambiance festive car musicale. Je me souviendrai de ce moment.
     
  • Pour Pâques, nous étions tous séparés. Mes enfants étaient chacun en famille. Mon mari handicapé et moi, seuls dans notre appartement rennais alors que nous devions les rejoindre. J’ai préparé un bon déjeuner, mis une nappe dans la salle à manger pour quitter la cuisine. Dans chaque famille, nos petits-enfants ont peint des énormes œufs sur des grandes feuilles qu’ils ont pris en photo pour nous les envoyer. Mon mari et moi étions heureux de recevoir toutes ces photos. Cela a été notre façon de vivre notre chasse aux œufs.
     
  • Pour l’anniversaire de notre ado trisomique, sensible à la musique, avec ses deux sœurs, nous avons organisé une soirée. Nous nous sommes tous habillés comme pour aller à une soirée dansante : costume, robe, nœud papillon. Nous avons préparé un buffet. Et nous avons dansé de 20h à 23h. Nous n’étions que 5 mais quelle fête !
     
  • Ma fille a fêté son anniversaire dans son centre, confinée dans sa chambre. Cela me rendait triste. Amis, cousins, sœurs lui ont souhaité son anniversaire en envoyant une vidéo d’eux. Chacun a fait preuve de beaucoup d’imagination. Je ne pensais pas que tant de personnes répondraient à cette idée. Cela a mis beaucoup de joie dans le centre de ma fille qui a partagé les vidéos avec certains résidents.
     
  • Une amie célibataire et handicapée physique a vécu difficilement ce confinement. Avec quelques amies, pour rendre le weekend festif, nous lui avons proposé un concours de gâteaux à plusieurs reprises : mille feuille, pavlova, tarte aux fruits. Chacun préparait son gâteau, le photographiait et l’envoyait aux 5 participants. Nous votions pour le plus beau. Cela nous a mis dans une communion fraternelle. Nous allons continuer.
     
  • Pour l’anniversaire de notre papa âgé et seul, nous lui avons donné rendez-vous sur Zoom. Nous pouvions tous nous voir. Certains s’étaient déguisés, d’autres avait préparé un gâteau avec des bougies, d’autres un discours. Ce fut un bon moment de partage et de rires. Plusieurs jours après, mon père en parlait encore avec joie.
     
  • Je vis seule et j’ai des difficultés psychiques. Pour le premier mai, surprise, j’ai reçu (le 4 mai) un muguet séché avec un petit mot de soutien dans une enveloppe. Ma sœur avait pensé à moi. Elle m’écrit peu. Quel plaisir de trouver un courrier que l’on peut garder.


Ces témoignages nous ont réjouis. Merci de nous les avoir partagé. Garder l’esprit festif, s’y encourager nous donne personnellement de la joie et nos proches en profitent !