Médiathèque

Chronique Radio

Toujours plus d’amour

"Je rêvais d’épouser un homme grand, beau, aux yeux clairs, et bien sûr riche " … Martha a un sourire amusé quand elle relate sa rencontre et son mariage avec Philippe qui est devenu son mari. Philippe est infirme moteur cérébral, très dépendant, agité de soubresauts incontrôlés. Cloué sur son fauteuil roulant, il a aussi une élocution qui le rend très difficile à comprendre… et en plus il est sans le sou !

C’est donc lui que Martha va épouser dans une sorte d’évidence progressive : ils sont faits l’un pour l’autres et appelés à fonder une famille. Philippe n’avait pas toutes les qualités du rêve de Martha, loin s’en faut, mais il était un homme avec un cœur, une intelligence, une foi, un humour, une détermination exceptionnels. Il n’était pas pour autant sans défaut précise Matha, mais il avait une immense capacité à répandre une sérénité réconfortante autour de lui.

Philippe et Martha Kayser auront cinq enfants. Hélas, Philippe est mort en 2010, après cinq années de grande épreuve. Frappé par une maladie, il a enchainé les opérations, les séjours à l’hôpital, des douleurs indicibles… une perte d’autonomie totale pour cet homme qui se faisait un point d’honneur à passer l’aspirateur du haut de son fauteuil électrique. Martha raconte ces cinq dernières années de vie conjugale dans un livre saisissant, « Toujours plus d’amour », chez Salvator.

Dans cette vie jalonnée d’énormes difficultés et souffrances, on découvre chez Philippe et Martha un immense courage, se soutenant l’un et l’autre. Ils s’aiment passionnément, partent encore en amoureux, s’écrivent des mails pleins de tendresse, demeurent attentifs à leurs enfants. Philippe garde une Foi et un humour à toute épreuve comme le rappelle Martha : « Sans la grâce de Dieu, m’avoue Philippe, il serait capable de devenir fou avec ses douleurs qui augmentent sans cesse. Il me dit en souriant : « Alors, je serai fou, mais un fou aimant ! »

Cette histoire d’amour nous est donnée non comme un modèle un peu écrasant, mais comme un chemin ouvert à tous, qui pourrait se résumer ainsi : « il n’y a qu’un handicap qui soit un obstacle à l’amour, la fermeture du cœur ». Lire ce livre de Martha Kayser, c’est se laisser entrainer dans une histoire sainte où souffle à chaque page toujours plus d’amour.

Philippe de Lachapelle, sur Radio Notre Dame