Seule, malade et en manque de relation amoureuse

Anne-Catherine : Je suis malade psychique, je ne supporte pas la solitude et mes relations amoureuses sont des échecs.  

Il me semble que vous soulevez deux questions : comment palier à la solitude ? Comment construire une vie de couple ?

La solitude est sans doute une des plus grandes souffrances parce que nous sommes appelés à être en relation : C’est dans la vie de tous les jours que nous pouvons faire l’expérience de relations plus ou moins approfondies. Avec nos voisins, au travail, dans une association, à la paroisse, nous pouvons créer des relations amicales… Avez-vous des liens sociaux satisfaisants ? La maladie peut perturber certaines capacités relationnelles au quotidien : Humeur changeante, écoute difficile, sensibilité extrême. En prendre conscience si c’est le cas pour vous, peut vous mettre sur un chemin d’évolution.

Il me semble qu’en créant de belles amitiés, la solitude peut sembler moins grande. N’oubliez donc pas de développer un réseau amical à partir des personnes que vous rencontrez spontanément. Qui sont les personnes qui comptent pour vous ? Prenez soin d’elles.

Parce que deux personnes partagent une même vision, des intérêts communs, un désir d’aimer l’autre pour ce qu’il est, sans aimer l’autre que pour ce qu’il nous apporte, une vie de couple est envisageable. Votre désir d’être choisie, aimée, entourée et d’aimer est bien légitime mais votre souhait de ne plus être seule vous fait-elle envisager une vie de couple trop prématurément, pas encore basée sur un désir commun de relation durable ? Une vie de couple se construit à deux à partir de sentiments vrais. Il ne se construit pas pour fuir une réalité même difficile comme la solitude. Avant de vous engager dans une relation amoureuse, prenez le temps de discerner et de poser des fondamentaux.