Conjoints d’une personne malade ou handicapée

Conjoints d’une personne malade ou handicapée
© Adobe Stock

Conjoints d’une personne malade ou handicapée

« J’ai une confiance profonde en l’avenir, même si j’ai parfois le sentiment de marcher sur les eaux… ». C’est par ces mots que Sabine parle dans Ombres & Lumière de sa vie avec Laurent, son mari depuis 15 ans. Laurent est atteint d’une maladie dégénérative qui le prive peu à peu de ses capacités physiques. On trouve dans son témoignage beaucoup de choses qu’expérimentent bien des conjoints valides d’une personne malade ou handicapée, même si chaque situation est singulière.

Il y a ceux qui choisissent d’épouser ce conjoint avec son handicap. C’est le cas de Séverine, à qui on demande souvent : « Si Jean-Baptiste n’était pas handicapé, l’aurais-tu épousé ? ». Mais il y a aussi les situations très nombreuses où le handicap ou la maladie font irruption en cours de vie, après le mariage : un traumatisme crânien, une maladie dégénérescente, une maladie psychique, et tant d’autres encore.

Le handicap, la maladie, mettent à part souvent violemment la personne qui en est atteint. Mais son conjoint, lui aussi, doit vivre une part de cette exclusion avec des difficultés bien spécifiques. Supporter les regards, parfois les sourires, quand le handicap est visible. Savoir entendre et répondre à son enfant lorsqu’il dit au sujet de son père « Maman, le handicap de Papa me gêne ». Pardonner les incartades de sa femme malade psychique, qui tous les jours pose des actes déraisonnables. Participer aux soins, aux conduites quotidiennes de son mari malade. Subir les propos de pitié « Mon pauvre, ça ne doit pas être facile tous les jours » ou les propos d’admiration qui blessent tout autant « Comme tu es courageuse ! ». Parfois même, s’entendre dire en termes à peine voilés : « Assume, puisque tu l’as épousé avec son handicap ou que tu choisis de rester avec lui ou elle, avec ce handicap ou cette maladie ».

Mais il n’y a pas que des difficultés ou des souffrances dans la vie de ces conjoints. Humour, confiance, amitiés, projets, espérance, tendresse, sont autant de mots que l’on peut aussi entendre dans leur témoignage. C’est pour qu’ils puissent se partager ces richesses et s’aider devant les difficultés que l’OCH organise une journée des conjoints valides de personnes malades ou handicapées. Ca a lieu le 6 décembre à Paris, et le 7 à Angers. Les aider à se libérer pour se rendre à ces journées, c’est un immense cadeau à leur faire !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame