Télévision

L’odyssée des enfants d’ULIS

© Julie BERTUCELLI/ Cinétévé, 2023

En deuxième partie de soirée, France 2 pénètre ce mercredi 31 janvier entre les murs d’un collège classique, ou presque. Dans les pas de trois jeunes aveugles ou malvoyants, ce documentaire expose les petites victoires et les défis implicites de leur scolarité en milieu ordinaire.

Entre les tables écartées d’une salle de classe, de brefs échanges de ballon entre deux collégiens semblent marquer le quotidien le plus ordinaire de la Grange aux Belles. Sauf que ces élèves ont la particularité d’être aveugles ou malvoyants, et d’évoluer dans un des rares établissements parisiens décidé à mettre les moyens maximaux pour s’adapter à leurs problématiques spécifiques. Ce documentaire révèle, au fil de scènes très simples, des enseignants impliqués jusqu’aux os pour que la fatigue et l’aridité de l’apprentissage ne découragent pas ces adolescents. À l’inventivité et la patience des professeurs se greffent la bonne volonté et la fraîcheur de Lucie, Adam et Daouda, dont la scolarité s’apparente à une traversée à longues enjambées. Quant aux autres élèves, ils s’impliquent en osant poser leurs questions ou dire leur ignorance totale des perceptions de leurs camarades.

Le documentaire peine à sortir du terrain quotidien, et ne parvient qu’à effleurer les craintes, les questionnements et l’appréhension du monde de ces jeunes, en se fixant sur les conséquences directes de leur handicap. Mais il s’attarde doucement sur l’entraide, les petites victoires aussi importantes que les grandes, et la force de ces personnalités : Lucie, Adam et Daouda tentent constamment de ne pas sortir du rang. En restant au plus près du réel, L’odyssée des enfants d’ULIS n’élude pas les questions liées à ce choix fort de l’inclusion. Alors que l’on suit les jeunes en visite à l’Institut national des jeunes aveugles, parents et jeunes ne s’accordent pas forcément sur l’orientation post-collège : envisager l’avenir dans un lycée spécialisé, dont les dispositifs sont décuplés, est tentant, mais cela ne risque-t-il d’étouffer l’autonomie et de rendre vains tant d’efforts pour l’inclusion ?

Marilyne Chaumont, ombresetlumiere.fr – 30 janvier 2024

Un documentaire de Julie Bertuccelli, 67 min, mercredi 31 janvier à 22h35 sur France 2. Ce documentaire est précédé d’un téléfilm intitulé Droit de regard, sur le combat quotidien d’une jeune mère qui, peu à peu, perd la vue ; et suivi d’un débat présenté par Marie Drucker.

Partager