Malade psychique et autonome dans son studio ?

Armand : Notre fils est malade psychique. Il a fait une expérience en foyer qui ne lui a pas plu. Il est revenu habiter chez nous. Un studio vient de se libérer en face de chez nous. Est-ce une bonne idée de l’y installer ?

Favoriser l’autonomie des personnes en souffrance psychique est une bonne chose. Etre autonome, ne veut pas dire isolé. Si votre fils fait l’expérience d’habiter seul, il faudra réfléchir avec lui sur ce dont il a besoin pour que cette expérience marche et l’aider à construire un réseau social qui le soutiendra à l’occasion afin que vous ne soyez pas ses seuls interlocuteurs. Vous serez déjà les plus proches en distance ! S’il a été en foyer c’est probablement que les soignants ont pensé avec lui que cet environnement pourrait l’aider. Ne faudrait-il pas revisiter le projet qu’il avait en intégrant le foyer et ce qui lui a déplu dans cette expérience ? La réussite d’un nouveau projet repose beaucoup sur la motivation de la personne en souffrance psychique. C’est un projet à construire avec lui et sans doute son médecin psychiatre. « L’y installer » voudrait-il signifier que vous êtes le moteur ? Soyez l’initiateur et donnez-lui l’envie de quitter l’appartement familial. Les personnes malades psychiques peuvent trouver un certain confort à rester chez leurs parents et ne voir aucun intérêt à partir. (Courses et repas assurés, linge lavé, discussions possibles à toutes heures avec un interlocuteur de confiance…) En l’invitant à habiter en dehors de chez vous mais tout proche de vous, à quoi l’autorisez-vous ? Quelles seront les contraintes pour lui, pour vous ? Prenez le temps de réfléchir à cela. En posant votre question, vous ouvrez une piste pour construire l’avenir de votre fils. Avec lui et ceux qui l’accompagnent, continuez à oser, vous lui signifierez alors la confiance que vous lui portez.