Médiathèque

Chronique Radio

Dans la tristesse, les remèdes peuvent être simples

Elie est déprimé. Rien ne marche pour lui ces derniers temps. Il a tout raté, il n’a pas été fidèle dans ses engagements, il ne voit aucune issue. Il est fatigué de tout, il est même fatigué de lui-même… Triste, sans goût aucun, il s’endort sous un arbre, façon de fuir la situation, de se fuir lui-même aussi. Un homme s’approche alors, le touche pour le réveiller, lui montre un repas chaud posé à quelques mètres, et lui dit « lève-toi, et mange ». Ce qu’a fait Elie, et il s’en est trouvé mieux. Cette petite histoire s’est passée il y a environ 3000 ans. Elie, c’est le grand prophète du Livre des Rois, l’homme qui le réveille n’est autre que l’Ange du Seigneur, et la thérapeutique devant sa déprime tient en deux mots : « lève-toi et mange ».

Je ne sais pas vous, mais moi, il m’arrive d’avoir des jours de tristesse, comme une torpeur intérieure qui pèse, qui rend tout difficile. Dans ces moments, j’aime me rappeler cette douce injonction de l’Ange : « Lève-toi et mange ! ». Sur le site Aleteia, j’ai lu un extrait d’une conférence sur les cinq remèdes que Saint Thomas d’Aquin proposait contre la tristesse. Ecoutez plutôt :

D’abord, s’accorder quelque chose qui nous fasse plaisir. Eh oui ! Le carré de chocolat ou une bonne bière ne sont pas interdits… Modérément ! 

Ensuite, pleurer. Oui, pleurer… « Parfois les larmes sont les lunettes pour voir Jésus » a pu dire le Pape François. Pleurer permet à l’âme d’évacuer une peine. Osons donc pleurer !

Puis, partager cette peine avec un ami. Ça aussi, il faut l’oser, ça peut ouvrir de nouvelles perspectives.

Le quatrième remède de Saint Thomas, c’est de contempler la vérité : la splendeur de la vérité dans la nature, dans une œuvre d’art, dans une icône, dans une personne, dans une situation…

Et le dernier baume contre la tristesse qu’a proposé notre grand théologien, c’est… de prendre un bain et dormir. Façon de nous rappeler que d’un point de vue chrétien, soulager une souffrance morale passe aussi par le soin du corps, par les remèdes corporels. 

A nous d’être les uns pour les autres cet envoyé de Dieu qui dit « Lève-toi et mange », et qui offre, selon les moments, le carré de chocolat, la boite de mouchoirs, le cœur qui écoute, une belle promenade, ou encore qui fait couler un bon bain. Nous nous en porterons tous mieux.

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame