Médiathèque

Chronique Radio

Exulter pour se remercier | Eric Bellion

« Quelqu’un qui ne fait pas mystère de sa fragilité est l’équipier le plus fiable qui soit ». Éric Bellion qui signe cette phrase, sait de quoi il parle en matière d’équipiers. Il est navigateur de talent, il a couru en solitaire le Vendée globe ou encore la route du rhum. Mais sa passion a toujours été la course en équipage. Son premier tour du monde à la voile a été avec des équipiers infirmes moteur cérébraux. Alors, en matière de fragilité aussi, il sait de quoi il parle ! Surtout que depuis lors il n’a eu de cesse que de multiplier les expériences avec des équipages atypiques, rassemblant des personnes de tous types de handicaps ou de fragilités : « Kifouine », « Défi intégration », « Team Jolokia », et aujourd’hui, « Comme un seul homme », sont autant de noms de bateaux et d’aventures avec des équipiers atypiques, comme un sportif tétraplégique.

« Le contact avec ces personnes handicapée m’a bouleversé » se rappelle-t-il. « On vit souvent l’altérité comme un problème, moi, je trouve que c’est une chance pour créer une société plus efficace et plus harmonieuse ». Mais attention ! Pas d’angélisme. Il aime se rappeler les bons sentiments qui l’habitaient dans ses débuts. « J’ai découvert -dit-il »qu’avec la bien-pensance, on ne va pas très loin. C’est plutôt la confiance mutuelle qui est importante. » Et l’homme de prendre en exemple les tempêtes, pendant lesquelles, dit-il, « tu ne donnes pas la barre à quelqu’un envers qui tu as de la pitié, mais à celui en qui tu as confiance. ». Une formule qui prend du poids quand on sait qu’un de ses meilleurs barreurs est aveugle.

De ses réussites et échecs, il retient cinq principes qui guident sa vie : « Oser la différence, faire confiance, innover face aux contraintes, viser la performance collective, et exulter ». La clef du bonheur pour cet homme, qui sur son site vient de mettre en ligne un texte remarquable sous le titre « Exulter pour se remercier », qui invite à la gratitude : savoir se remercier les uns les autres, savoir même se remercier soi-même, pour vivre en plénitude l’aventure de nos vies.

Un documentaire est sorti en salle ce 13 février. « Comme un seul homme » qui revient sur le premier Vendée Globe d’Eric Bellion. Il s’est filmé pendant 99 jours. Un témoignage inédit et spectaculaire sur le parcours d’un homme seul face aux éléments et face à lui-même, mais tellement relié aux autres.