Médiathèque

Chronique Radio

Jean Vanier, prophète de notre temps

« Je n’ai rien compris à ce que tu m’as dit, mais tu m’as ouvert le cœur ». Paul qui prononce ces mots étonnants est une personne handicapée mentale. Il s’adresse ainsi à Jean Vanier, au sortir d’une conférence que ce dernier a donné, sur le thème de « L’alliance ». Une conférence dont le contenu très travaillé, est semble-t-il passé au-dessus du cerveau de Paul -Je n’ai rien compris- , mais pas de son cœur qui, lui, s’est ouvert.

Ces mots disent fort bien ce que Jean Vanier a découvert auprès des personnes handicapées mentales : l’intelligence du cœur ! Nous pouvons avoir les uns et les autres des déficiences, mais nous ne sommes pas déficients dans notre personne, dans notre cœur profond. Nous sommes nombreux à avoir ressenti, comme Paul, que notre cœur s’ouvrait à l’écoute des paroles de Jean Vanier.

C’est une véritable anthropologie qu’il a expérimentée et mis en mots: la fragilité est constitutive de la nature humaine; l'homme a besoin de relation, d'appartenir à une famille, de donner, de recevoir; l'interdépendance est une chance, qui permet à chacun de se découvrir unique et nécessaire. En découle aussi une spiritualité de la fragilité : l'enjeu n'est plus de "faire du bien" au plus pauvre, mais de se laisser transformer par lui pour découvrir le sens profond de la première des Béatitudes "Heureux les pauvres, le Royaume des cieux est à eux". Un grand nombre de mouvements ou d'associations se sont inspirés de l’expérience de Jean Vanier, à la suite de l'Arche et de Foi et Lumière : A Bras Ouverts, Simon de Cyrène, l'APA, Lazare, ... et de nombreuses autres initiatives, parfois toutes petites, partout dans le monde, qui invitent à la rencontre de toutes formes de fragilités.

L’œuvre de Jean Vanier est vaste et universelle. Il aura marqué notre époque en l'invitant à sortir des tyrannies de la performance et de la normalité, qui excluent les plus fragiles, pour s'ouvrir à la dynamique de la différence et du don mutuel qui font place à chacun, unique et nécessaire. Il y a un mois, Jean Vanier nous quittait. Ce message de paix qu’il a incarné aux quatre coins du monde, il revient à chacun de nous de le porter à sa suite. Il passe par ce chemin que ce prophète de notre temps nous a indiqué, celui qu’emprunte chaque jour l’OCH : oser la rencontre, oser la fragilité !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame