Se montrer avec son frère handicapé

Sophie : Mon fils ne veut pas que son petit frère trisomique (en admiration devant son grand frère) assiste à sa compétition de foot, de même qu'il ne veut plus inviter d'amis à la maison. Il a honte de son frère...

Avoir un frère ou une sœur handicapée génère beaucoup de sentiments chez les enfants. Ce sentiment de honte dont vous parlez est partagé par un certain nombre d'enfants. Cela ne veut pas dire qu’il n’aime pas son petit frère. Mais le regard que l’on porte sur son frère le blesse et lui fait mal (peut-être justement parce qu’il l’aime). Comment aider votre fils ? D’abord en lui permettant d’exprimer les sentiments qui le traversent, quels qu’ils soient. Il a le droit d’avoir honte, d’en avoir marre, de trouver que l’on ne s’occupe que de son frère etc … Pour l’enfant, c’est parfois difficile d’exprimer ce qu’il ressent dans sa famille, il a peur de rajouter de la souffrance et de faire mal à ses parents. Mais c’est pourtant essentiel qu’il puisse accueillir ce qui l’habite pour aller au-delà et le vivre autrement. Permettre la parole dans la famille, et si cela semble trop difficile, lui permettre de participer à un groupe de frères et sœurs (le parcours OCH par exemple) afin de pouvoir s’exprimer et de constater que les autres enfants vivent aussi la même chose… Et voir ensuite ce qui l’aiderait à se sentir plus à l’aise vis-à-vis de ses amis comme par exemple pouvoir leur parler du handicap de son frère pour que ses amis acceptent la différence. L’OCH intervient régulièrement dans des écoles, collègues, lycées pour permettre aux enfants d’appréhender le handicap, de mieux comprendre et d’aller à la rencontre de la personne handicapée avec moins de barrières.