Actus

Soni Siecinski, un surprenant violoncelliste

Soni Siecinski jouant du violoncelle
© G. de Préval

Né avec une malformation à la main, le jeune violoncelliste Soni Siecinski étonne et multiplie les prouesses avec son instrument créé sur mesure, son archet adapté et sa prothèse. Entre deux cours, le musicien de 23 ans nous accueille au Conservatoire national supérieur de Musique (CNSM) de Paris.

D’emblée, Soni affiche un parcours singulier. « J’ai commencé à apprendre le piano à 5 ans, avec un prof de guitare, puis, après avoir découvert le violoncelle, je me suis mis à la trompette ! », raconte le jeune homme, assis sur un canapé dans l’un des dédales du bâtiment du Conservatoire supérieur de Paris. C’est via cet instrument à vent, pratiqué pendant dix ans, qu’il entre au Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris. Il se consacre finalement au violoncelle. Soni, dont la grande sœur est pianiste et chanteuse, n’a pas choisi la facilité. Né avec une malformation de la main gauche, il lui manque les trois doigts du milieu – l’index, le majeur et l’annulaire – et une partie de sa paume. « Si j’ai pu persévérer dans cet instrument, c’est grâce à ma première professeur, Marie-Paule Milone, qui m’a d’emblée prise sous son aile », insiste, reconnaissant, le jeune homme, dont le calme et le sourire cachent une grande fatigue. La veille s’achevait dix jours de tournée avec son octuor Cello 8, dont il fait partie depuis trois ans.
Dans ce tourbillon de rencontres, Soni Siecinski cite notamment cette professeur de violoncelle en fauteuil roulant, avec qui il a discuté. « En me voyant, elle se sentait moins seule, elle était pleine d’espoir ! », relate joyeusement le jeune homme, replaçant de temps à autre les mèches insoumises de ses cheveux bruns. « Si, à travers moi, des jeunes porteurs de handicap peuvent se reconnaître et s’autoriser à se lancer dans la musique, j’aurai tout gagné ! » Le musicien veut faire bon usage de la petite célébrité dont il bénéficie depuis quelques temps.

Si, à travers moi, des jeunes porteurs de handicap peuvent se reconnaître et s’autoriser à se lancer dans la musique, j’aurai tout gagné !

Cinq années auparavant, Soni a dû déjouer le sort. En 2019, les difficultés s’accumulent dans la prise en main de son violoncelle. « Avec mon handicap, j’étais obligé de jouer à l’envers avec ma prothèse, mais ça n’est pas optimal… », se remémore l’instrumentiste, originaire de Montreuil. Il lui était impossible de rentrer au Conservatoire en pratiquant son art de cette manière. “Les portes se fermaient tout de suite !”, souffle celui qui milite pour une meilleure prise en charge des personnes handicapées dans les écoles et conservatoires de musique. C’est alors que cinq luthiers se mobilisent. Ils font partie de l’association “Talents & Violonc’elles” et, touchés par la persévérance de l’adolescent, décident de lui construire un instrument, sur mesure. Renversant les codes, ils remontent un violoncelle de A à Z, à l’envers. « Ils ont pris modèle sur un magnifique modèle du XVIIIe siècle, exposé à la Philharmonie de Paris, explique Soni Siecinski. Le projet m’a dépassé : ils ont vraiment mis le paquet, c’était incroyable ! » Soni s’est senti “comme un petit prince” au moment où ce cadeau lui a été remis, sur scène, lors du festival de la Grange de Meslay, en Touraine.
Grâce à cette prouesse artisanale et humaine, le jeune homme fait des bonds de géant. Quelques temps après, il intègre le prestigieux Conservatoire supérieur de Paris, et rêve sans fard de devenir professionnel. Les pépins techniques, qui existent toujours, semblent désormais surmontables. Alors qu’il se heurte à de nouvelles limites avec sa prothèse, des élèves de l’école d’ingénieur Centrale Supélec ont proposé, comme projet d’étude, de lui en fabriquer une nouvelle. « On s’est rencontré, je leur ai donné un cahier des charges précis et ils vont essayer de créer une prothèse adaptée », se réjouit-il, touché par cette synergie de talents autour de lui. Qu’il paraît loin ce temps où, pour son premier violoncelle, « acheté par son père aux puces de son quartier », il s’était bricolé un archet avec… du scotch.

Guillemette de Préval, ombresetlumiere.fr – 8 février 2024

Ses prochaines dates de concert avec l’ensemble Cello 8 :

  • Le 26 mars, au musée d’Orsay, à Paris
  • Le 31 mai à Beauvais
  • Le festival de Prades, en août

Infos sur : Talents & Violon’celles.

Partager