Mon frère est un extraterrestre

Nicolas Entz : Aujourd’hui, Philippe, vous voulez nous parler de fraternité, à l’occasion d’un livre témoignage qui vous a beaucoup touché !

« Samuel avait l’air d’un ange. Mais en lui, il y a toujours eu une part d’étrange, d’irréductible. Il est ma joie et ma blessure. Voilà notre histoire ». Ce sont les premières phrases du livre que Florent Bénard vient d’écrire aux éditions L’Iconoclaste : « Mon frère est un extraterrestre », récit de l’histoire de deux frères, si différents et si proches, devenus inséparables.

Samuel est autiste, et Florent se souvient de son tempérament puissant, parfois violent, dès l’enfance : « un volcan, un tsunami » écrit-il pour décrire le caractère hyperactif de son frère, ses émotions débordantes au point de disjoncter, son appétit insatiable de vivre, et en filigrane, sa soif de bonheur, comme en témoignent ces mots touchants dont il fait mémoire : « J’aimerais profiter de la vie, j’aimerais bien être poète ».

Nicolas Entz : « Ma blessure et ma joie, disiez-vous. Qu’est-ce qui a aidé Florent à passer de l’une à l’autre ?

C’est guidé par l’amour de ses parents, que Florent a appris peu à peu à composer avec ce poète de frère, si intense, au point d’être dévorant. Ils ont développé une complicité pleine de tendresse dont Florent témoigne tout au long de ce livre. Complicité qui va se cristalliser autour de passions communes, des peluches au football, en passant par Johnny. Une complicité qui devient amitié profonde. Il y a une fierté réciproque entre eux.

Nicolas Entz : En quoi Florent est-il fier de Samuel qui semble si singulier ?

Florent connait et admire les immenses talents cachés de son frère autiste. Il souffre qu’ils ne soient pas plus reconnus dans la société. Samuel est un enfant décalé, qui à peiné à trouver sa place, à commencer par l’école: « Samuel aime aller en classe –écrit Florent- mais il préfèrerait une école sans les autres enfants… ».

La vie sociale de Samuel n’est donc pas un long fleuve tranquille, et c’est toute la vie de la famille qui en est bousculée. Bousculée, oui, mais aussi mystérieusement enrichie ! « Si le handicap alourdit les cœurs – écrit Florent – lorsque cette aventure est accompagnée avec amour et patience, un trésor peut se dévoiler ».

La fraternité : un chemin où différences et ressemblances se conjuguent, se frottent parfois, pour ouvrir à la joie.

Chaque page de ce livre dévoile un peu de ce trésor, que Florent conclut avec humour : « Ce grand bonhomme qui m’accompagne depuis ma naissance, de quelle planète vient-il ? Par chance, c’est à côté de lui que j’ai grandi. Oui, mon frère est un extraterrestre, doublé d’un type extra ».

Ce livre, Nicolas, nous fait comprendre de façon si concrète, si incarnée, ce qu’est la fraternité : un chemin où différences et ressemblances se conjuguent, se frottent parfois, pour ouvrir à la joie. Un livre à lire et à offrir en ce lendemain de Noël, où nous avons contemplé Celui qui est le frère par excellence, et la source de toute fraternité et de toute joie !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre-Dame – 19 janvier 2021

Partager