Actus

Une application pour aider les familles concernées par le handicap

famille Noêl
La famille Noël est à l’initiative de la communauté « Tombée du nid » ©ange_prvst

L’association Tombée du nid vient de créer une application appelée « Le cœur du nid », qui a pour but de créer un réseau d’entraide de proximité autour des familles concernées par le handicap. Lancée en Ile-de-France fin décembre, elle a vocation à s’étendre en France. Clotilde Noël, co-fondatrice de l’association, a répondu à Ombres & Lumière.

Pourquoi avoir créé cette application ?

Clotilde Noël – Après l’adoption de Marie, porteuse de trisomie 21, la première de nos trois enfants adoptés, nous avons créé l’association « Tombée du nid », en 2015. Aujourd’hui, nous sommes près de 70 000 personnes dans cette communauté. Nous recevons beaucoup de demandes de la part de familles : celles qui attendent ou ont eu un enfant porteur de handicap ; celles qui souhaitent en adopter un… Nous souhaitons que la communauté « Tombée du nid » puisse échanger ensemble, transmettre et partager. Nous avons constaté que certaines familles souffraient d’une grande solitude. Or, aujourd’hui, mis à part des forums ou des blogs sur le handicap – mais qui ne sont pas toujours des lieux de bienveillance – il n’y a pas de lieux concrets pour s’épauler… Nous, nous avons eu la chance de pouvoir être entourés : nous avons des groupes WhatsApp entre amis ayant des enfants porteurs de handicap, avec qui on s’entraide, on se retrouve. L’idée, c’est de développer la même chose à grande échelle via l’application. Il faut ouvrir les portes pour se rencontrer !

Concrètement, comment fonctionnera cette application ?

photo de l'appli

C. N. – Trois profils ont été créés. Le premier s’appelle « les oiseaux » et permet d’accéder à une boîte à outils qui recense des films, des livres, du matériel ergonomique, des initiatives et associations autour du handicap. Ensuite, il y a « les poussins », profil réservé aux familles concernées par le handicap ou souhaitant adopter un enfant porteur de handicap pupille de l’état. « Les poussins » définiront leurs besoins : administratifs, médicaux… Tous ces critères seront enregistrés et, via des algorithmes, l’application les mettra en lien avec le dernier profil, « les papas et mamans oiseaux ». Ce sont des familles, des personnes n’ayant pas obligatoirement de proche handicapé mais qui souhaitent bénévolement aider « les poussins ». Par exemple, pour remplir un dossier MDPH, comprendre une démarche administrative, trouver un médecin spécialisé ou même tout simplement prendre un café, échanger, écouter.

Que doivent-faire les personnes qui veulent devenir bénévoles ?

C. N. – Ils devront d’abord remplir un questionnaire, prendre connaissance des chartes de l’association, et avoir un entretien en zoom avec la commission de suivi. Si leur profil est validé, ils suivront des E-learning puis échangeront sur les domaines dans lesquelles ils sont compétents (administratif, comptabilité, médical…), pour aider au mieux les familles. Tout cela se fera dans un contexte convivial et chaleureux, mais nous voulons protéger les familles, et leur permettre de rencontrer des personnes qui sont capables de les accompagner. Les « papas et mamans Oiseaux » devront s’engager pour un an au moins, et ils auront une fois par an un colloque où ils se retrouveront. Un responsable local -salarié de l’association – assurera leur suivi, leurs retours de terrain et les soutiendra dans les moments difficiles. Tout bénévole sera entouré dans sa belle mission d’accompagnement. L’application fera donc l’interface entre la demande de besoins, et l’offre d’aides. Et le but, c’est que chacun échange, se retrouve dans un café ou chez eux… Bref, que la rencontre ait lieu !

A travers cette rencontre, c’est un projet de société en somme…     

C.N. – Pour que ça marche, il faut que tout le monde s‘y mette ! On ne peut plus dire aujourd’hui que le handicap ne nous concerne pas. La souffrance de l’autre me concerne, car on fait partie d’une même société, d’une humanité commune. Et moins il y aura de barrières entre le monde du handicap et le monde des valides, moins le handicap sera un « sujet ».

L’application fera donc l’interface entre la demande de besoins, et l’offre d’aides. Et le but, c’est que chacun échange, se retrouve dans un café ou chez eux… Bref, que la rencontre ait lieu !

Quelles sont les prochaines étapes ?

C. N. – Le projet est d’abord lancé en Île-de-France. L’application sera d’abord ouverte aux « Oiseaux » et aux « papas et mamans oiseaux ». Puis, dès que suffisamment de bénévoles seront recensés – on l’espère d’ici février 2022, on ouvrira l’application aux familles ayants un proche porteur de handicap. On espère ensuite pouvoir lancer l’application dans d’autres villes et régions… Mais ça se fera par étape. On veut du qualitatif avant tout, donc si un projet n’est pas prêt, on attendra. D’autant que, pour lancer une nouvelle ville, il nous faut 30 000 €, car il faudra notamment embaucher le responsable local des bénévoles.

Clotilde Noël, avez-vous un message particulier pour les familles en cette période de… Noël ?

C.N. Pour l’année 2022, je formule un vœux audacieux : que toute famille touchée par le handicap puisse enfin sortir de la souffrance de l’isolement en étant portée par une grande tendresse.

Recueilli par Guillemette de Préval, ombresetlumiere.fr – 16 décembre 2021

Pour télécharger l’application et avoir des informations sur l’association : www.tombeedunid.fr/

Retrouvez l’association sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter et sur la chaîne Youtube de Tombée du nid où vous pourrez trouver le teaser présentant l’application «  Le Cœur du Nid ».

Partager