Accompagner la vie affective et sexuelle de son enfant

Adobe Stock

Marc et Stéphanie ont 3 enfants dont Julie, 13 ans, trisomique. Philippe et Anne ont 2 enfants dont Elie, 19 ans, porteur d’un autisme léger. Ils se connaissent depuis peu et pourtant quand vous les écoutez il se dégage d’eux une belle profondeur d’échange. L’OCH les a fait se rencontrer à l’occasion d’un parcours autour de 3 soirées sur la question qui les habitait depuis un moment : comment accompagner notre enfant handicapé dans sa vie affective et sexuelle ?

Vous savez Bruno, c’est une question difficile quand son enfant a un handicap, qu’il est influençable ou que le corps de son enfant devenu adulte est capable de transmettre la vie alors que sa maturité psychologique est toute autre. Parents d’une fille ou d’un garçon, les questions se bousculent.

Marc et Stéphanie ont par exemple confié leur difficulté à faire comprendre à Julie qu’elle ne pouvait plus sortir de sa salle de douche dénudée. Elie, lui, tombe amoureux de toutes les filles de son nouveau foyer qui ne partagent pas les mêmes sentiments.

Bruno : C’est beaucoup de questions personnelles; et cette éducation à la sexualité n’est-elle pas un enjeu pour tous les parents ?

Vous avez raison Bruno, je dis que c’est difficile pour les parents d’enfant handicapé mais en réalité c’est un sujet compliqué pour beaucoup de parents. Combien de parents s’aident de professionnels ou d’ateliers pédagogiques comme TeenSTAR ou cycloshow pour dialoguer avec leurs enfants qui vivent par ailleurs dans un monde hyper sexualisé, loin de ce que le pape Jean-Paul II voulait transmettre : une théologie du corps pour apprendre à s’aimer et à se donner à l’autre ?

Ces pédagogies commencent à être adaptées aux personnes handicapées et je m’en réjouis. Certaines institutions aussi spécialisées proposent parfois un accompagnement sur mesure mais tout cela reste frileux. Alors les parents qui ont un enfant handicapé et qui savent qu’ils ont une part importante à prendre dans l’éducation de leur jeune ont souhaité que l’OCH les aide dans cette mission. Tout seul, c’est trop dur, disent-ils ! C’est ainsi que sont nés les 2 parcours construits avec des professionnels et des parents.

A chaque soirée, je suis impressionnée de voir comment ces parents qui, à partir d’une vidéo, d’un témoignage, s’entraident, s’encouragent, osent une parole, se livrent pour certains, se donnent des « trucs » pour que leurs enfants progressent … et les sujets sont vastes : intimité, pornographie, amitié, juste proximité, dialogue avec les institutions …

Il y a chez ces parents (comme Marc, Stéphanie, Philippe, Anne, tous concernés par le handicap) une capacité d’échange, de partage que je ne retrouve pas partout. Ils sont capables d’authenticité. Nous sommes loin du bavardage. Leur témoignage est vrai.

A l’image de ces parents, osons en famille, entre amis, une parole profonde qui nous fait avancer.

Et si vous êtes parents d’un enfant handicapé désireux de réfléchir sur ce thème de la sexualité, rejoignez l’OCH à partir du 11 octobre prochain pour un parcours en 3 soirées. Retrouvez toutes les infos sur www.och.fr

Florence Gros sur RCF – 21 Septembre 2022

Partager