FACE A LA PENURIE

©️Adobe stock

Le mot pénurie est sur toutes les lèvres. Vous le savez comme moi, Bruno, la pénurie d’énergie est un sujet qui nous préoccupe. Nous voyons arriver l’hiver avec anxiété, en nous demandant s’il y aura assez de gaz, d’électricité, pour chauffer nos appartements, nos bureaux et faire fonctionner nos usines.

Nous sommes invités par le gouvernement à ajuster nos comportements, à faire preuve de sobriété pour éviter le pire : une coupure d’alimentation.

Dans le même temps, nous recherchons des solutions pour faire durer un peu plus longtemps nos modes de vie en achetant de l’énergie ailleurs, en travaillant sur l’efficacité de nos machines ou sur l’isolation de nos maisons.

Vous voyez Bruno, nous sommes partagés entre nécessité de modifier à court/moyen terme nos modes de vie, et recherche de nouvelles solutions pour maintenir notre qualité de vie.

Si la pénurie d’énergie occupe beaucoup les esprits, et à juste titre, une autre situation de pénurie menace en particulier les plus fragiles.

Pour cet hiver, faisons preuve de sobriété énergétique et surtout, n’économisons pas nos efforts pour aller à la rencontre des plus isolés.

Bruno : A quelle situation pensez-vous ?

De la pénurie très importante de personnel dans le secteur des soins à la personne. Elle se ressent douloureusement dans les lieux d’accueil des plus fragiles : personnes handicapées, personnes âgées ou isolées… Il s’agit d’une pénurie moins visible quand on n’est pas directement concerné, et moins médiatisée. Mais qui a également des conséquences très graves sur le mode de vie et la qualité de vie des plus fragiles.

Cette situation contraint de nombreux lieux d’accueil à se concentrer sur les soins physiques essentiels, sans pouvoir offrir aux personnes concernées les activités quotidiennes pourtant si importantes pour rester en relation. Les activités récréatives, les promenades, les échanges autour d’une activité ludique ou culturelle participent aussi des soins essentiels que nous devons offrir aux plus fragiles, pour leur permettre de progresser ou de rester en relation avec le monde qui les entoure.

Je pense à une amie, visitée récemment, qui me disait sa détresse de ne pouvoir sortir régulièrement de son centre, de ne pouvoir discuter quelques minutes par jour avec d’autres personnes que celles qui viennent, avec beaucoup de dévouement, lui prodiguer des soins physiques.

Bruno : que peut-on faire pour lutter contre cette pénurie ?

Un peu comme pour l’énergie, nous pouvons chercher dans différentes directions. Je pense bien sûr aux moyens financiers, sans doute insuffisants dans ce secteur pour offrir des rémunérations attractives et susciter de nouvelles vocations pour mieux animer ces lieux d’accueil.

Nous pouvons aussi ajuster nos modes de vie, en reconnaissant que nous avons, chacun, la responsabilité d’aller à la rencontre des personnes fragiles, isolées chez elles ou dans des lieux d’accueil.

Responsabilité donc, mais aussi opportunité. La rencontre avec les plus fragiles est une chance pour chacun de nous et pour notre société. Les personnes fragiles humanisent notre monde en nous ouvrant à l’accueil de nos propres limites et à des relations en vérité.

Cette pénurie de personnel n’est donc pas qu’une question de professionnel mais bien un sujet qui nous concerne tous. Alors pour cet hiver, faisons preuve de sobriété énergétique et surtout, n’économisons pas nos efforts pour aller à la rencontre des plus isolés. Nous pourrons ainsi nous réchauffer mutuellement le cœur à peu de frais !

Florence Gros sur RCF – 15 novembre 2022

Ces propositions pourraient vous intéresser

BlackFriday, Le Comptoir Religieux reverse 5% de ses bénéfices à notre fondation !
Aujourd’hui, 25 novembre 2022, jour du Black Friday, pour aller plus loin encore dans leur démarche responsable et en cette […]
Les mots comme un baume : revivez ce moment !
Le pouvoir de l'écriture sur un quotidien marqué par le handicap
Voile, sport et fragilité
La route du Rhum a permis aux mondes de la voile et du handicap de se retrouver.
L’Emploi des personnes en situation de handicap
A quand le plein emploi des personnes handicapées ?
Recrutement d’un service civique
SPOILER ALERT : En 2023, la Fondation OCH fête ses 60 ans, et on vous concocte un projet particulier 😁 […]
La puissance des mots
En posant les mots de la faiblesse, elles rejoignent les gens dans leur faiblesse
« J’AIME LA VIE » : la Vie, la Joie, la Toussaint
"Moi, j'ai le cerveau en forme de joie"
RECRUTEMENT : Rédacteur en chef de la revue Ombres & Lumière
 (H/F) – Plein temps ; possibilité 4/5ème. Poste basé à Paris 15e, à pourvoir avant le 1er janvier 2023. Si vous […]
Les mots comme un baume
Conférence rencontre avec Marie-Amélie Saunier et Cécile Gandon Deux auteures face au handicap Mercredi 9 novembre à 20h Marie-Amélie Saunier […]
Des lapins, cochons d’Inde et gallinacées à l’école du Sacré Cœur de Hautmont
La Fondation OCH a financé l’intervention d’une association de médiation animale au sein de l’école du Sacré Cœur à Hautmont […]
Retour en images de la Rando des pères 2022
80 pères d’une personne malade ou handicapée se sont retrouvés le samedi 08 octobre dans 08 départements de France : […]
LES GRANDS-PARENTS
"Le ciel m'est tombé sur la tête, ma fille attend un enfant handicapé"
Face au handicap, quelle créativité ?
La créativité peut dépasser le handicap
Et après moi ?
"Qui s'occupera de mon enfant handicapé ou malade, quand je ne le pourrai plus?"
Tous en Ciel démarre le 11 octobre
Un parcours pour se préparer à la Toussaint et en récolter les fruits.
Vie affective et sexuelle de son enfant : première session le 11 octobre
Le 11 octobre 2022 démarre une session (en visio ou en présentiel) de formation pour les parents visant à accompagner […]
Soin de la nature, soin des hommes
Honorer et regarder nos aînés devenus fragiles, comme cet arbre qui vieillit dignement et qui glorifie la nature par sa présence.
Paternité et fragilité
Comment les pères vivent-ils le handicap de leurs enfants ?
Accompagner la vie affective et sexuelle de son enfant
Comment accompagner notre enfant handicapé dans sa vie affective et sexuelle ?
Entrer dans la vie étudiante
2% des étudiants sont porteurs d'un handicap ou de troubles psychiques, soit un total de 40.000 étudiants.
En couple, solidaires
Jean et Léa m’ont envoyé par courriel, une photo de leur dernier week-end. Ils sont tout sourire. Et un petit […]
Conférence : maladie psychique, le chemin du rétablissement (mardi 20h35 sur KTO)
Table-ronde organisée le 6 avril dernier par la Fondation OCH, en partenariat avec le Clubhouse de Lyon et l’association Relais […]
The father
Adaptation de la pièce Le père, ce film offre une plongée poignante dans les affres du grand âge. Un tour […]
Entre deux chaises
À la messe, dimanche dernier, il y avait l’aumônerie des sourds et malentendants. Tous s’exprimaient en langue des signes ; une […]
J’ai grandi avec une mère malade psychique | Frédérique Bedos
Frédérique Bedos, auteur de La petite fille sur la balançoire (éd. Les Arènes, 2014), a été accueillie dans une famille […]

Partager