Visage, trace de l’infini

Portrait d'un homme avec un masque médical pour se protéger du coronavirus.
© Adobe Stock

« Ah non, pas le masque, pas le masque ! Ca défigure ». Julien qui s’exprime ainsi est autiste. Il répond à son chef qui lui demande, après le confinement, de reprendre le travail en portant un masque. Le responsable est un peu déstabilisé : « Ca ne défigure pas, Julien, ça cache le bas du visage » . La réplique fuse : « Oui, c’est ça, ça cache, on est défiguré ». Julien a fini par accepter de mettre le masque. Son désir de reprendre une vie normale était tellement grand après deux mois de solitude dans son studio ! Mais il a soupiré avec un peu d’angoisse : « ça va durer toute la vie ? »

Julien exprime à haute voix un ressenti qui peut traverser nombre d’entre nous : ce masque, cette distanciation physique, ne nous sont pas naturels. Ils nous contraignent, avec une part de violence que chacun vit avec plus ou moins d’intensité. Cacher le visage, s’écarter du passant dans la rue, se refuser à toucher l’autre pour exprimer selon les cas, l’amitié, l’empathie, la compassion, tout cela nous fait souffrir, comme si une part de notre humanité nous était interdite.

Dieu merci, nous faisons preuve d’inventivité pour compenser ce manque : en témoignent par exemple ces yeux qui parfois sourient au-dessus du masque lorsque nous nous écartons d’un inconnu sur un trottoir trop étroit, comme si nous nous excusions mutuellement ainsi de ce geste de défiance imposé. Ou encore lorsque nous rencontrons des proches, ce foisonnement de mots d’amitié ou de bienveillance que nous déployons, qui viennent compenser la poignée de mains ou l’embrassade usuelles. Il n’en reste pas moins que nous en souffrons, avec comme Julien, cette secrète espérance que ça ne va pas durer trop longtemps.

Tout cela nous rappelle combien nous sommes faits pour la relation, et que le corps est relation, le visage tout particulièrement ! Le philosophe Lévinas s’est particulièrement intéressé au langage du visage. « Il y a dans le visage une pauvreté essentielle, -écrit-il – une nudité décente ».  Il parle de « trace de l’Infini dans le visage de l’Autre », et pour lui, voir le visage, c’est voir infiniment plus qu’il n’est montré : « Le visage est sens à lui seul » dit-il. Puissions-nous deviner cette trace de l’Infini derrière ces masques qui restent nécessaires, et entendre la parole singulière et personnelle qui nous est adressée par le visage de cet autre, si étranger et si proche en même temps !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame

Ces propositions pourraient vous intéresser

Papa, mon handicap et moi
Un spectacle musical de Maxime Pawlak, qui retrace l'itinéraire d'une famille face à l'arrivée d'un enfant porteur de handicap.
En Avent avec l’OCH
Pour entrer, et rester avec vous dans l’Espérance, découvrez notre calendrier de l’Avent.
BlackFriday, Le Comptoir Religieux reverse 5% de ses bénéfices à notre fondation !
Aujourd’hui, 25 novembre 2022, jour du Black Friday, pour aller plus loin encore dans leur démarche responsable et en cette […]
Les mots comme un baume : revivez ce moment !
Le pouvoir de l'écriture sur un quotidien marqué par le handicap
Voile, sport et fragilité
La route du Rhum a permis aux mondes de la voile et du handicap de se retrouver.
L’Emploi des personnes en situation de handicap
A quand le plein emploi des personnes handicapées ?
Recrutement d’un service civique
SPOILER ALERT : En 2023, la Fondation OCH fête ses 60 ans, et on vous concocte un projet particulier 😁 […]
FACE A LA PENURIE
Si la pénurie d'énergie préoccupe les esprits, la pénurie de personnel dans le secteur des soins menace les plus fragiles
La puissance des mots
En posant les mots de la faiblesse, elles rejoignent les gens dans leur faiblesse
« J’AIME LA VIE » : la Vie, la Joie, la Toussaint
"Moi, j'ai le cerveau en forme de joie"
RECRUTEMENT : Rédacteur en chef de la revue Ombres & Lumière
 (H/F) – Plein temps ; possibilité 4/5ème. Poste basé à Paris 15e, à pourvoir avant le 1er janvier 2023. Si vous […]
Les mots comme un baume
Conférence rencontre avec Marie-Amélie Saunier et Cécile Gandon Deux auteures face au handicap Mercredi 9 novembre à 20h Marie-Amélie Saunier […]
Des lapins, cochons d’Inde et gallinacées à l’école du Sacré Cœur de Hautmont
La Fondation OCH a financé l’intervention d’une association de médiation animale au sein de l’école du Sacré Cœur à Hautmont […]
Retour en images de la Rando des pères 2022
80 pères d’une personne malade ou handicapée se sont retrouvés le samedi 08 octobre dans 08 départements de France : […]
LES GRANDS-PARENTS
"Le ciel m'est tombé sur la tête, ma fille attend un enfant handicapé"
Face au handicap, quelle créativité ?
La créativité peut dépasser le handicap
Et après moi ?
"Qui s'occupera de mon enfant handicapé ou malade, quand je ne le pourrai plus?"
Tous en Ciel démarre le 11 octobre
Un parcours pour se préparer à la Toussaint et en récolter les fruits.
Vie affective et sexuelle de son enfant : première session le 11 octobre
Le 11 octobre 2022 démarre une session (en visio ou en présentiel) de formation pour les parents visant à accompagner […]
Soin de la nature, soin des hommes
Honorer et regarder nos aînés devenus fragiles, comme cet arbre qui vieillit dignement et qui glorifie la nature par sa présence.
Paternité et fragilité
Comment les pères vivent-ils le handicap de leurs enfants ?
Accompagner la vie affective et sexuelle de son enfant
Comment accompagner notre enfant handicapé dans sa vie affective et sexuelle ?
Entrer dans la vie étudiante
2% des étudiants sont porteurs d'un handicap ou de troubles psychiques, soit un total de 40.000 étudiants.
En couple, solidaires
Jean et Léa m’ont envoyé par courriel, une photo de leur dernier week-end. Ils sont tout sourire. Et un petit […]
Conférence : maladie psychique, le chemin du rétablissement (mardi 20h35 sur KTO)
Table-ronde organisée le 6 avril dernier par la Fondation OCH, en partenariat avec le Clubhouse de Lyon et l’association Relais […]
Toujours plus d’efforts ?
Paul : En temps de carême, l’Eglise invite à toujours plus d’efforts mais mon handicap m’en impose toute l’année … […]
Le soleil de trop près
Schizophrène, Basile tâche de se réinsérer après un séjour en hôpital psychiatrique. Réaliste mais plein de tendresse, un film poignant, […]
Hors de moi
Dans un seule-en-scène intimiste et très dense, la comédienne Marie Astier se saisit du texte de la philosophe Claire Marin, […]

Partager