Confronté à l’IMG, trouver un espace de liberté

La Loi bioéthique a supprimé le délai de réflexion pour décider d’une Interruption médicale de grossesse
©istock

« C’est à nous qu’appartient cette décision. C’est notre vie ». Prescilia qui s’exprime ainsi dans les colonnes du magazine Ombres et Lumière est la maman de Jessica, petite fille atteinte de spina bifida. Elle se souvient des échanges avec le médecin au terme de l’échographie qui a confirmé le diagnostic : « Elle nous a dit qu’il n’y avait pas d’autre solution que de faire une IMG, interruption médicale de grossesse ». Elle se rappelle la violence des termes : « C’est le cas le plus grave. Votre fille sera un légume… Si vous voulez on a une place cet après-midi pour une IMG ». En état de sidération, le refus jaillit : « Tant que je n’avais pas tout tenté pour mon bébé, je ne pouvais interrompre cette grossesse » dit-elle. En dépit de toutes les pressions, le couple décide alors de tenter une opération in utero en Belgique pour diminuer le handicap du bébé. L’opération réussit, Jessica porte un handicap, certes, mais va bien et progresse chaque jour dans son développement.

Ombres et Lumière a consacré ainsi tout un dossier sur les enjeux de liberté face à l’IMG. Car la situation de Jessica est révélatrice de ce que vivent la plupart des couples à l’annonce du handicap in utero : entre pressions médicales et familiales, l’espace de liberté est très réduit. De nombreux couples décident une IMG faute de possibilité pour réfléchir. « Certains noircissent la situation par charité, -commente une gynécologue- pour que la mère n’ait aucun remord à arrêter ». Une autre ajoute : « Les médecins considèrent qu’il vaut mieux une IMG plutôt qu’un mauvais procès après la naissance du bébé handicapé. Alors ils maximisent les conséquences pour s’assurer que les parents comprennent que c’est très grave ».

Le projet de loi bioéthique, prévoit, hélas, la suppression du délai de réflexion d’une semaine pour une IMG . C’était jusque-là obligatoire . Dans ce contexte, les initiatives pour redonner de la liberté au couple sont encore plus indispensables. Ombres et Lumière nous en fait connaitre : échanges sur des pages facebook, lieux d’écoute, lignes téléphoniques,  séjours de répit, rencontres avec d’autres parents ou des pédiatres… L’enjeu est de permettre au couple, sans jugement aucun, de garder leur position de parents, avec leur liberté de décision, sans que le tempo leur soit imposé par l’entourage. 

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame

Ces propositions pourraient vous intéresser

BlackFriday, Le Comptoir Religieux reverse 5% de ses bénéfices à notre fondation !
Aujourd’hui, 25 novembre 2022, jour du Black Friday, pour aller plus loin encore dans leur démarche responsable et en cette […]
Les mots comme un baume : revivez ce moment !
Le pouvoir de l'écriture sur un quotidien marqué par le handicap
Voile, sport et fragilité
La route du Rhum a permis aux mondes de la voile et du handicap de se retrouver.
L’Emploi des personnes en situation de handicap
A quand le plein emploi des personnes handicapées ?
Recrutement d’un service civique
SPOILER ALERT : En 2023, la Fondation OCH fête ses 60 ans, et on vous concocte un projet particulier 😁 […]
FACE A LA PENURIE
Si la pénurie d'énergie préoccupe les esprits, la pénurie de personnel dans le secteur des soins menace les plus fragiles
La puissance des mots
En posant les mots de la faiblesse, elles rejoignent les gens dans leur faiblesse
« J’AIME LA VIE » : la Vie, la Joie, la Toussaint
"Moi, j'ai le cerveau en forme de joie"
RECRUTEMENT : Rédacteur en chef de la revue Ombres & Lumière
 (H/F) – Plein temps ; possibilité 4/5ème. Poste basé à Paris 15e, à pourvoir avant le 1er janvier 2023. Si vous […]
Les mots comme un baume
Conférence rencontre avec Marie-Amélie Saunier et Cécile Gandon Deux auteures face au handicap Mercredi 9 novembre à 20h Marie-Amélie Saunier […]
Des lapins, cochons d’Inde et gallinacées à l’école du Sacré Cœur de Hautmont
La Fondation OCH a financé l’intervention d’une association de médiation animale au sein de l’école du Sacré Cœur à Hautmont […]
Retour en images de la Rando des pères 2022
80 pères d’une personne malade ou handicapée se sont retrouvés le samedi 08 octobre dans 08 départements de France : […]
LES GRANDS-PARENTS
"Le ciel m'est tombé sur la tête, ma fille attend un enfant handicapé"
Face au handicap, quelle créativité ?
La créativité peut dépasser le handicap
Et après moi ?
"Qui s'occupera de mon enfant handicapé ou malade, quand je ne le pourrai plus?"
Tous en Ciel démarre le 11 octobre
Un parcours pour se préparer à la Toussaint et en récolter les fruits.
Vie affective et sexuelle de son enfant : première session le 11 octobre
Le 11 octobre 2022 démarre une session (en visio ou en présentiel) de formation pour les parents visant à accompagner […]
Soin de la nature, soin des hommes
Honorer et regarder nos aînés devenus fragiles, comme cet arbre qui vieillit dignement et qui glorifie la nature par sa présence.
Paternité et fragilité
Comment les pères vivent-ils le handicap de leurs enfants ?
Accompagner la vie affective et sexuelle de son enfant
Comment accompagner notre enfant handicapé dans sa vie affective et sexuelle ?
Entrer dans la vie étudiante
2% des étudiants sont porteurs d'un handicap ou de troubles psychiques, soit un total de 40.000 étudiants.
En couple, solidaires
Jean et Léa m’ont envoyé par courriel, une photo de leur dernier week-end. Ils sont tout sourire. Et un petit […]
Conférence : maladie psychique, le chemin du rétablissement (mardi 20h35 sur KTO)
Table-ronde organisée le 6 avril dernier par la Fondation OCH, en partenariat avec le Clubhouse de Lyon et l’association Relais […]
Le handicap, un enjeu politique
Pour le nouveau numéro d’Ombres & Lumière, nous nous sommes mis à l’heure électorale. A l’occasion des élections présidentielles, notre […]
La grâce de la joie
Le Pape François, en décembre dernier, a dit au sujet des personnes handicapées (*) : « La grâce dont ils sont porteurs […]
Rencontre à l’étranger entre sourds
C’est l’histoire d’une rencontre fortuite. Il y a quelques semaines, j’étais en voyage en Tanzanie, où l’on entend plusieurs langues : […]

Partager