Deux confinements, c’est trop !

Une femme désemparée en train de réfléchir, accoudée à son canapé
Une femme désemparée en train de réfléchir, accoudée à son canapé

Bérengère : Un confinement, c’est dur. Deux confinements, c’est trop ! Les diverses mesures me pèsent.

Avec votre interpellation, comment ne pas tomber dans le trop de conseils ! Prenez dans les lignes suivantes, ce qui vous semble ajusté à votre situation que je ne connais pas.

Quelques pistes pour réfléchir et avancer :

Au premier confinement, il y avait quelque chose d’exceptionnel. Le sentiment de sidération nous a un peu protégé. Nous avons accepté de déployer de l’énergie pour répondre à un état d’urgence. C’était un peu comme un sprint. Nous avons concentré nos efforts pour travailler à quelque chose de collectif. Avec le deuxième confinement et ces restrictions qui durent, nous devons transformer notre sprint en marathon alors même que nous sommes dans l’hiver (la fatigue est souvent plus grande). Votre cri « c’est trop » est bien normal ! Je vous invite à l’accueillir avec beaucoup de bienveillance envers vous-même. 

Votre cri « c’est trop » est bien normal ! Je vous invite à l’accueillir avec beaucoup de bienveillance envers vous-même. 

Le « trop » recouvre de nombreuses réalités. Trop de solitude, trop peu de relations sociales et ecclésiales, trop d’informations contradictoires, trop d’adaptations, trop d’insécurité ambiante, trop de morosité, trop de peur ou d’émotions diverses à gérer, Trop … Peut-être pourriez-vous vous arrêter à ce « trop » pour mieux saisir ce qui vous est le plus difficile à porter. Quand on est submergé par le trop, on peut se sentir menacé et avoir une vision déformée du monde qui nous entoure. C’est pourquoi, il peut être nécessaire de déposer à une personne extérieure ressentis et réalité du quotidien.

Peut-être aussi faut-il vous entourer de bienveillance, de douceur, de gratitude. Relevez ce qui vous donne chaque jour de la joie par exemple, contactez une personne qui vous écoute, regardez dans la nature aussi hivernale soit-elle, sa beauté, et pourquoi pas participer à des actions positives comme déposer un mot dans la boite aux lettres du voisin… Cela demande de faire un petit pas de côté. Par exemple : « La situation est objectivement difficile. Elle impacte ma vie. Je peux regarder cette situation et y faire cohabiter des choses agréables pour la rendre supportable ». 

Depuis le deuxième confinement, les réactions ont été multiples et clivantes. Cela peut participer au trop. Trop de réactions, trop de violence. Pour y faire face, on peut choisir de participer avec mesure à ces réactions en chaine sans mettre de l’huile sur le feu par exemple ou en évitant de juger trop facilement …

Dans ce trop, vous reste-t-il de la place pour l’audace et l’Espérance ? Dans l’audace, je me mets en mouvement, je change un peu de regard et de pensée, je mets de l’humour. Dans l’Espérance, je crois que la vie va jaillir là où je ne l’attendais pas ! 

L’équipe « Ecoute&conseil » vous souhaite de trouver ces petites semences de vie tout au long de ce confinement et de cette année 2021 qui commence. Elle reste à votre disposition pour un échange plus proche de votre situation personnelle.

Ces propositions pourraient vous intéresser

Papa, mon handicap et moi
Un spectacle musical de Maxime Pawlak, qui retrace l'itinéraire d'une famille face à l'arrivée d'un enfant porteur de handicap.
En Avent avec l’OCH
Pour entrer, et rester avec vous dans l’Espérance, découvrez notre calendrier de l’Avent.
BlackFriday, Le Comptoir Religieux reverse 5% de ses bénéfices à notre fondation !
Aujourd’hui, 25 novembre 2022, jour du Black Friday, pour aller plus loin encore dans leur démarche responsable et en cette […]
Les mots comme un baume : revivez ce moment !
Le pouvoir de l'écriture sur un quotidien marqué par le handicap
Voile, sport et fragilité
La route du Rhum a permis aux mondes de la voile et du handicap de se retrouver.
L’Emploi des personnes en situation de handicap
A quand le plein emploi des personnes handicapées ?
Recrutement d’un service civique
SPOILER ALERT : En 2023, la Fondation OCH fête ses 60 ans, et on vous concocte un projet particulier 😁 […]
FACE A LA PENURIE
Si la pénurie d'énergie préoccupe les esprits, la pénurie de personnel dans le secteur des soins menace les plus fragiles
La puissance des mots
En posant les mots de la faiblesse, elles rejoignent les gens dans leur faiblesse
« J’AIME LA VIE » : la Vie, la Joie, la Toussaint
"Moi, j'ai le cerveau en forme de joie"
RECRUTEMENT : Rédacteur en chef de la revue Ombres & Lumière
 (H/F) – Plein temps ; possibilité 4/5ème. Poste basé à Paris 15e, à pourvoir avant le 1er janvier 2023. Si vous […]
Les mots comme un baume
Conférence rencontre avec Marie-Amélie Saunier et Cécile Gandon Deux auteures face au handicap Mercredi 9 novembre à 20h Marie-Amélie Saunier […]
Des lapins, cochons d’Inde et gallinacées à l’école du Sacré Cœur de Hautmont
La Fondation OCH a financé l’intervention d’une association de médiation animale au sein de l’école du Sacré Cœur à Hautmont […]
Retour en images de la Rando des pères 2022
80 pères d’une personne malade ou handicapée se sont retrouvés le samedi 08 octobre dans 08 départements de France : […]
LES GRANDS-PARENTS
"Le ciel m'est tombé sur la tête, ma fille attend un enfant handicapé"
Face au handicap, quelle créativité ?
La créativité peut dépasser le handicap
Et après moi ?
"Qui s'occupera de mon enfant handicapé ou malade, quand je ne le pourrai plus?"
Tous en Ciel démarre le 11 octobre
Un parcours pour se préparer à la Toussaint et en récolter les fruits.
Vie affective et sexuelle de son enfant : première session le 11 octobre
Le 11 octobre 2022 démarre une session (en visio ou en présentiel) de formation pour les parents visant à accompagner […]
Soin de la nature, soin des hommes
Honorer et regarder nos aînés devenus fragiles, comme cet arbre qui vieillit dignement et qui glorifie la nature par sa présence.
Paternité et fragilité
Comment les pères vivent-ils le handicap de leurs enfants ?
Accompagner la vie affective et sexuelle de son enfant
Comment accompagner notre enfant handicapé dans sa vie affective et sexuelle ?
Entrer dans la vie étudiante
2% des étudiants sont porteurs d'un handicap ou de troubles psychiques, soit un total de 40.000 étudiants.
En couple, solidaires
Jean et Léa m’ont envoyé par courriel, une photo de leur dernier week-end. Ils sont tout sourire. Et un petit […]
Conférence : maladie psychique, le chemin du rétablissement (mardi 20h35 sur KTO)
Table-ronde organisée le 6 avril dernier par la Fondation OCH, en partenariat avec le Clubhouse de Lyon et l’association Relais […]
Les frontières du coeur
Dans les tempêtes de la vie, nous ne devons pas craindre de laisser à Dieu le gouvernail de notre bateau.
Pensées suicidaires chez les jeunes
La solitude a explosé chez les jeunes du fait de l’épidémie, qui ne se trouvent plus reliés que par les réseaux sociaux.
L’après, c’est maintenant !
Depuis le confinement, on nous parle beaucoup du « monde d’après » : après la réclusion chez soi, après la pandémie… Et chacun d’édicter selon ses vues un monde idéal, une projection vers un avenir meilleur.

Partager