Arrêter le psy et accepter ma souffrance avec l’aide de Dieu ?

Une jeune fille seule, méditative

Je suis perdue, j’ai rencontré un religieux cet été qui me dit que cela fait trop longtemps que je consulte un psy, qu’il faut maintenant que j’accepte simplement de porter ma croix. Quel est le plus important, le psy ou le spi ? (Aude)

Si quelqu’un peut savoir s’il vaut mieux que vous ne rencontriez plus votre psychologue, c’est vous ou le psychologue. Ce dernier peut estimer que son aide a été suffisante et que vous pouvez voler de vos propres ailes. De votre côté vous pourriez être amenée à porter le même jugement. Vous pouvez aussi, pour une raison ou pour une autre, ne plus vous sentir à l’aise avec votre psychologue et estimer nécessaire que vous en trouviez un autre.

Pendant de longues années, dans l’Eglise, beaucoup se sont méfié de la psychologie. On doit reconnaître les services qu’elle rend à chaque personne, à des collectivités, à l’humanité et donc à l’Église et aux chrétiens. Certes comme dans tous les métiers, il peut y avoir des psychologues qui n’exercent pas bien ou profitent de leur patient pour faire durer l’accompagnement mais un religieux se permettant de conseiller de remplacer le psy par le spi est un homme qui juge une science ne respectant pas son autonomie et court-circuite les réalités humaines en prétendant que le spirituel suffit. Le psychologue et le père spirituel se complètent mais doivent travailler chacun de façon autonome dans leur domaine propre. Par ailleurs je crois que déconseiller une aide psychologique à une personne tout en l’invitant à porter sa croix c’est risquer de la laisser s’enfermer dans la souffrance tout en lui laissant croire que c’est la volonté de Dieu. Aucun moyen humain authentique et possible ne doit être négligé pour soulager la souffrance.

Partager