Toujours plus d’efforts ?

Homme en béquille sur un chemin forestier

Paul : En temps de carême, l’Eglise invite à toujours plus d’efforts mais mon handicap m’en impose toute l’année …

En temps de carême, l’Eglise nous invite à toujours plus d’efforts, m’écrivez-vous. Je vous dis tout de suite et en toute amitié que cette expression ne me plaît pas du tout. Est-elle de vous ? L’avez-vous lue ou entendue quelque part ? Avez-vous l’impression que c’est le contenu de certaines homélies, discours ou articles ? C’est possible mais peu importe, pour moi cette expression est ambiguë. Je vais essayer de vous dire pourquoi. 

Le carême est un temps que l’Eglise nous propose pour mieux nous tourner vers Dieu (conversion), mieux nous laisser aimer par lui afin que son amour nous transforme. L’amour de Dieu pour nous est premier. Il s’agit avant tout de l’accueillir. En clair: pendant le carême c’est d’abord Dieu qui fait quelque chose pour nous. Ça ne veut pas dire que nous n’avons rien à faire mais nos renoncements, nos partages, nos jeûnes, nos prières, nos sacrifices etc…, tout cela ne sont que nos manières humaines de dire à Dieu que nous l’aimons et que nous voulons aimer notre prochain. Ce ne sont pas toutes ces démarches qui nous sauvent ou nous obtiennent la grâce de Dieu à tel point que plus nous ferions de démarches plus nous obtiendrions de grâces. Ce qui compte ce n’est ni la quantité ni la dureté de ces démarches mais l’amour. Vous comprenez pourquoi je n’aime pas le mot efforts pour parler de ces démarches car il suppose trop que c’est nous qui, à la force du poignet, ferions un bon carême.

L’amour de Dieu pour nous est premier.
Il s’agit avant tout de l’accueillir…

Chacun choisit comment il veut vivre ces quarante jours qui nous préparent à Pâques. Je ne sais pas en quoi consiste votre handicap mais je pense que si vous dites souvent à Dieu que vous croyez en son amour et que vous voulez en vivre pour les autres, votre cœur sera toujours tourné vers lui et sa grâce ne vous manquera pas dans la vie quotidienne. Mais finalement c’est à vous et à vous seule, de choisir les moyens qui peuvent vous aider à vivre le carême comme un temps favorable.

Je termine en vous partageant ce que je dis souvent pour rappeler que pendant le carême c’est l’amour qui doit compter en tout. Il est courant d’entendre dire que pendant le carême il faut se priver de chocolat. Pourquoi pas ? Cependant si je vois une personne qui a décidé de se priver de chocolat mais qui est tellement dévouée qu’elle en devient fatiguée puis irascible et inabordable, je lui dis : «mangez beaucoup de chocolat pendant votre carême. C’est plein de magnésium, ça vous aidera à être moins fatiguée et plus détendue, finalement à mieux aimer votre prochain. Relisez le chapitre 13 de la première lettre de saint Paul aux Corinthiens! »

Belle route vers Pâques, Paul !

Père Gérard
Mars 2021

Partager